Vers une consommation plus responsable ?

 Dans Non classé

Comment entamer ma transition vers une consommation plus responsable ?

Avec l’actualité et les différentes prises de conscience sur la situation de la planète, de plus en plus de monde essaie de se tourner vers un mode de consommation plus responsable. Cela implique consommer des produits plus locaux, bruts, cultivés avec moins (voire pas du tout) de pesticides, avec le moins d’emballages possible. Consommer de façon plus responsable ne s’arrête pas à l’alimentation. Il s’agit d’acheter des vêtements produits à partir de matériaux moins énergivores, ou de favoriser un objet composé de matériaux recyclés, etc. Il existe plein d’options pour adopter une attitude de consommation plus respectueuse de l’environnement et ainsi permettre à chacun de trouver une alternative qui lui convienne.

Penser au commerce équitable. 

Cependant, on parle peu du commerce équitable. C’est pourtant un commerce alternatif capable de répondre aux différents enjeux du développement durable. Le volet économique est intégré pleinement puisque l’on parle d’un commerce. L’aspect social est plutôt évident également car en achetant équitable, on cherche à rémunérer le travail des producteurs à leur juste valeur. On contribue également au développement de projets, notamment sociaux, dans leur village. Enfin, l’écologie n’est pas mise de côté puisque les chartes associées aux labels de commerce équitable exigent une culture avec le minimum de produits chimiques et incitent à la diversification des cultures.

Consommer durable et consommer équitable sont deux concepts qui se croisent donc très bien. Voici nos recommandations pour se lancer.

 

Renseignez-vous sur les labels.

Ne vous faites pas piéger par les labels de marques, qui sont le bien souvent de simples outils marketing. Les véritables labels de commerce équitable ont des chartes et exigences bien plus précises et importantes que ceux des marques. Des valeurs sûres parmi les labels sont Fairtrade/Max Havelaar, Symbole des Producteurs Paysans ou encore WFTO. Celui de Max Havelaar est certainement l’un des plus connus et des plus présents sur les produits équitables car l’ONG Max Havelaar est l’un des acteurs historiques du commerce équitable en France. D’ailleurs, comme WFTO, on peut aussi le retrouver sur les textiles. On y reviendra dans un prochain article.

Sachez qu’il existe désormais des labels de commerce équitable dédiés à des produits français : Agri-Ethique et Bio Equitable en France. Ils sont trouvables dans des magasins spécialisés dans le bio, mais pas seulement !

 

Démarrer par l’alimentaire.

Si vous faites vos courses dans des grandes ou moyennes surfaces, vous n’aurez aucun problème pour trouver des produits issus du commerce équitable. Ce n’est pas un type de produits réservé aux magasins spécialisés, bien qu’ils en existent. En général, vous les trouverez dans les rayons bio, car bien souvent, un label de commerce équitable est accompagné d’un label biologique. 84% des produits labellisés commerce équitable seraient également labellisés biologiques sur le marché français.

Vous trouverez du café, du thé, du chocolat, des aliments secs et bruts, des bananes, des biscuits, des épices, etc.
Ne vous arrêtez pas aux clichés sur les prix du commerce équitable : bien souvent c’est à peine plus cher qu’un produit traditionnel, voire le même prix.

 

Découvrir des boutiques spécialisées.

Le plus simple serait de se rendre dans une boutique qui propose différents types de produits issus du commerce équitable. On pense à nos partenaires : Artisans du Monde. Ils ont plus de 150 boutiques en France et y vendent des denrées alimentaires, de la décoration, des jeux, des accessoires ou encore des vêtements. Vous découvrirez donc la palette de produits disponibles en équitable.

 

Se tourner vers l’occasion.

Pour consommer durable, il ne faut pas oublier le marché de l’occasion. C’est un marché en pleine expansion et il a plusieurs qualités. Acheter de seconde main permet à quelqu’un d’utiliser un produit dont une autre personne n’avait plus l’utilité. Cela limite la production de nouveaux matériaux et l’utilisation de nouvelles matières premières (le meilleur déchet, c’est celui qui n’existe pas) : c’est un moyen de moins polluer la planète. Également, acheter d’occasion coûte bien moins cher qu’acheter neuf.

N’hésitez donc pas à aller dans des friperies, dans des vide-greniers, ou à vous rendre dans une boutique Emmaüs près de chez vous (en plus, c’est une action solidaire !).

 

Consommer local.

Consommer local c’est évidemment un moyen de soutenir parfois nos commerçants mais c’est aussi l’occasion de manger des produits de qualité, de saison et traçable. De plus, il ne serait pas étonnant que votre boulangerie de quartier prépare certains de ses pains à partir de farines Agri-Ethique.
Il faut en particulier soutenir les agriculteurs ou éleveurs locaux qui ont entamé une démarche agro-écologique, c’est-à-dire adopté une approche de leur culture plus à l’écoute de leur écosystème et plus respectueux par la limitation du nombre de pesticides par exemple. En agro-écologie, on favorisera notamment une rotation des cultures, on limitera le labourage, on ajoutera des plantes qui attirent les mangeurs des ravageurs, etc. On se sert tout simplement de nos connaissances scientifiques sur la nature et l’agriculture.

Enfin, consommer local, c’est limiter le nombre de kilomètres parcourus par un produit « de la fourche à la fourchette ». La tendance de la consommation au kilomètre 0 résulte de cette volonté de réduire l’impact d’un aliment au niveau de la planète en utilisant peu de transports. Cela représente aussi l’opportunité de garantir un revenu aux producteurs proches et non à une marque.

 

Limiter le gâchis alimentaire.

Bien que ce dernier point ne vous surprendra certainement pas, il nous semble important de rappeler que consommer de façon durable ne peut se faire que si l’on évite de gâcher ce qui se trouve dans nos frigos. Pour cela, il faut tout d’abord acheter réellement selon nos besoins. En cela le vrac peut être pratique (et écolo) car cela vous permet d’avoir la quantité dont vous avez réellement besoin. Ensuite, allez jeter un coup d’œil au rayon « zéro gâchis » ou « produits avec DLUO courte » de vos magasins. Vous pourrez trouver des plats ou aliments bons, que vous empêcherez de terminer à la poubelle. Ces produits sont généralement en promotion.

Enfin, l’application Too Good To Go vous aidera à repérer les commerçants près de chez vous qui ont des restes avec des DLUO courtes. Ils proposent des paniers de produits à prix réduits pour éviter d’avoir à les jeter.

 

Pour les Nantais.

L’association Les Autres Possibles a publié un guide « où acheter durable et solidaire à Nantes ? ». Ce guide permet aux Nantais de trouver des boutiques ou adresses responsables dans la métropole pour aller boire un verre, manger, devenir bénévoles, etc.

Vous trouverez d’autres recommandations dans notre article Où trouver du commerce équitable à Nantes ?.

 

Il est temps de conclure.

Avec toutes ces informations, vous avez de quoi débuter votre transition vers une consommation plus responsable. Cet article n’est pas exhaustif et vous connaissiez probablement déjà un bon nombre de ces conseils : c’est bien la preuve que changer de consommation est accessible. Comme nous l’avons vu, cela fera du bien à la planète, aux producteurs et à notre porte-monnaie. Bonne transition !

 

 

 

Comments
  • Younan Michelle

    Merci pour ton article. Cela appelle à réflexion. Seulement, il n’est pas question (j’espère que j’ai bien lu…) de MAX HAVELAAR/FAIRTRAIDE dommage. J’ai participé à la création de NAPCE avec un groupe de personnes sur Nantes et nous sommes partis de MAXHAVELAAR dont j’ai découvert l’ampleur des possibilités de changement. Spécialement en rencontrant les producteurs de Sud…… Quel espérance…. Comment ne pas soutenir une telle démarche. Quand je suis revenue sur Nantes en 1973…. je n’ai pas trouvé ce que je cherchais, mais avec MAX j’ai enfin été emballée, Que les producteurs soient acteurs de leur propre développement…. Endin je n’en dirais pas plus. Allez voir sur le site de MAX/
    Merci encore de ton article.