Les communes TDCE autour de Nantes

 Dans Actualités NAPCE, Vedette

NAPCE intervient auprès de différents publics : les élèves, les collectivités, les étudiants et même les entreprises. Dans le cadre de son accompagnement des collectivités, NAPCE a encouragé plusieurs collectivités de Nantes Métropole à se tourner vers le label Territoires de Commerce Equitable au cours de ces dernières années.

Qu’est-ce que ce label ?

Le label Territoires de Commerce Equitable est la version française du label britannique Fair Trade Towns, lancé en 2000. Dans le monde on comptabilise plus de 2.000 collectivités labellisées dans 36 pays. On n’en trouve qu’une trentaine pour le moment en France contre 600 en Grande-Bretagne.

Les collectivités labellisées doivent justifier qu’elles ont mis en place des actions en faveur du commerce équitable. De même, elles doivent afficher des objectifs pour la durée de leur labellisation :

  • « Mettre en place un comité de pilotage multi-acteurs, lieu d’échange pour bâtir le plan d’action de la campagne
  • Voter une délibération et acheter des produits issus du commerce équitable
  • Promouvoir des actions de sensibilisation et d’éducation et communiquer sur les réalisations
  • Contribuer à développer l’offre de produits équitables et soutenir les filières de production
  • Inviter les principales entreprises et organisations du territoire à s’approvisionner en produits du commerce équitable »

 

Qu’en est-il dans la métropole nantaise ?

Jusqu’à 5 communes de la métropole nantaise ont été labellisées Territoires de Commerce Equitable par le passé. Il s’agissait de Nantes, Orvault, Rezé, Saint-Herblain et Bouaye. Les deux dernières communes détiennent d’ailleurs toujours leur titre de Territoires de Commerce Equitable.

Saint-Herblain a obtenu sa labellisation en 2016 et l’a renouvelée en 2018 puisque le label est valable 2 ans.

La commune de Bouaye quant à elle, a obtenu sa labellisation en 2013 et est en bonne voie pour la faire renouveler en fin d’année.

Sans la crise sanitaire, la labellisation aurait dû cesser en 2020 mais la fin a été ajournée d’une année, soit en 2021.

Malgré le non-renouvellement du label à Orvault ou Rezé, ces collectivités continuent d’œuvrer à leur façon pour le commerce équitable. Pour la Quinzaine du Commerce Equitable, Rezé a, par exemple, décidé de partager les affiches de l’évènement dans toute la ville. Quant à la ville d’Orvault, elle achète déjà quelques produits issus du commerce équitable pour son protocole, notamment du café.

 

Quel est l’intérêt pour une collectivité d’être labellisée ?

En France, les lois imposent de plus en plus aux collectivités d’être très vigilants avec leurs achats. Il est attendu des collectivités qu’elles achètent des produits toujours plus écologiques et respectueux des hommes. On pense notamment à la loi EGalim pour la restauration collective qui exige au moins 20% d’aliments issus du l’agriculture biologique d’ici à 2022.

Posséder la labellisation Territoires de Commerce Equitable permet de justifier la volonté d’une collectivité d’aller dans le sens des lois et même au-delà. C’est gage pour la population que la collectivité tient compte des enjeux environnementaux et sociaux dans sa politique. Cela l’est d’autant plus qu’une collectivité est tenue au rôle d’exemplarité. Si la collectivité ne montre pas l’exemple aux Français, les gens verront moins l’intérêt de faire des efforts à leur petite échelle.

 

N’hésitons pas à parler de ce label à nos élus, à faire entendre notre volonté de faire évoluer les achats publics.

Source : https://www.territoires-ce.fr/

Commentez cet article