Fairtrade / Max Havelaar : vers une labellisation de produits français

 Dans Actualités NAPCE, Vedette

Après les démarches d’Agri-éthique et Bio Equitable en France, Max Havelaar France décide de se lancer à son tour dans le commerce équitable français.

Le commerce équitable a longtemps été associé aux producteurs de pays du Sud, défavorisés. Depuis quelques années, des labellisations françaises ont été lancées et en 2021 Max Havelaar France a décidé de tenter l’aventure.

Les conditions de vie et de travail de certains paysans français sont particulièrement déplorables. Cela est notamment dû à la pression des marchés internationaux qui tirent au plus bas les prix de certaines matières premières. Il semblait donc urgent d’intervenir. Pour le moment, ce projet de labellisation Max Havelaar française concerne seulement 2 produits : du lait du Poitou-Charentes et du blé du Gers. Cependant, pour rester droit avec les valeurs initiales de l’ONG Max Havelaar, ces produits français seront combinés à des produits du Sud pour être vendus sur le marché français. Cela permet de valoriser une solidarité et une complémentarité entre les paysans français et les paysans des pays du Sud.

Sous quelle forme pourront-nous acheter ces produits ?

L’objectif est de proposer d’ici à la fin 2021 des yaourts, des glaces, des pâtisseries, biscuits ou viennoiseries, aux fruits exotiques, à la vanille ou au cacao par exemple.

Comment fonctionnera la labellisation ?

Pour le moment, seuls deux groupements de producteurs s’engagent : la coopérative Vivadour située dans le Gers pour le blé et L’ACLCCP (Association Centrale des Laiteries Coopératives de Charentes et du Poitou) pour le lait. Le cahier des charges implique que les paysans doivent se lancer dans une démarche environnementale telle que la conversion vers le bio.

Des prix d’achat ont été fixés pour le blé et le lait afin de permettre aux paysans de se rémunérer de façon juste et de toucher au moins 1,5 fois le smic pour le travail effectué.

Les prix fixés sont les suivants :

Lait : 415€ la tonne

Blé : 242€ la tonne

Et, comme dans les coopératives du Sud, une prime est reversée, en plus du prix d’achat. Cette prime doit être « réinvestie dans la transition agroécologique et des missions sociales » a déclaré Blaise Desbordes, le Directeur Général de Max Havelaar France.

Voilà une belle nouvelle, que nous avions envie de partager avec vous !

Commentez cet article